urlLe voyage se termine, trois recueil en trois ans, le temps passe.  Ce dernier -espérons « pour le moment » – tome propose des récits plus accessibles que les autres, ou alors je me suis habitué à ne rien comprendre et je crois comprendre.

Il est évident que si Egan est un grand nom de la science fiction contemporaine ce n’est pas le seul, toutefois ses nouvelles on le mérite d’éclairer notre quotidien sous l’angle de la science, du possible et du questionnement. Il s’agit moins là de rêver, d’imaginer, que de se demander vers où nous allons en fonction de choix et d’acceptations dans notre présent.

une tel axe nous engage à être plus qu’un simple lecteur (toute lecture nous engage à l’être, certaines plus que d’autres). Dès lors, parce que cela demande un temps de réflexion, il va s’agir, encore une fois, de lire une nouvelle par jour, de s’amuser à devenir le double virtuel d’un savant, un réfugié clandestin d’un univers parallèle, une personnalité virtuelle explorant l’espace à la recherche d’autres formes de vie ou une femme cherchant à être rassurer.

je vous dirais bien d’accrocher vos ceintures, mais comme le crash test de la vie n’en propose pas, autant couper l’élastique avant de sauter.

Publicités