Mots-clefs

,

widget

 

Le retour du détective anonyme (de l’Opérationnel), de la première personne, de l’intrigue princeps de laquelle découlera tellement de copies que les compter permettrait d’endormir un régiment d’aiguilleur du ciel sous amphétamine. Je pourrais souligner ce moment où face au papier à lettre de la demande de rançon notre héros s’avoue démunie, il s’agit d’un papier banal comme on en trouve partout, une chiquenaude pour les détectives en herbe qui sentent le papier, les cendres ou la boue (salut sherlock) afin d’en déduire la provenance (au passage on fera aussi un petit coucou à tous les « experts » télévisuels, à leur indics et à leur matériel de haute voltige). Un moyen aussi (parmi d’autres, on pensera par exemple à la première description du père, magnat du commerce dont les chaussures faîtes sur mesure prennent plus de place que le reste de sa personne, une manière d’affirmer à la fois la force du « tyran.colosse » tout en le ridiculisant dans un même élan) de montrer combien les grandes villes sont le reflet d’une société productiviste, le papier est partout le même, tout est partout le même, difficile pour un détective d’enquêter dans ces conditions.
On remarquera pourtant que pour trouver la solution il aura fallut plus que de la chance et des collaborateurs à notre héros, deux doigts de jugeote, un soupçon de réflexion, de bon sens (il faut s’écarter des portes auxquelles on toc), un zeste de cynisme pour venir à bout du mystère ; voilà qui mérite bien un mint julep.

Publicités