Mots-clefs

,

widget

Ambiance gothique ou africaine ou post-coloniale ou so british pour cette enquête des plus mystérieuses et des plus troublantes.

Tout débute avec un chauffeur aussi lugubre que muet avant de se poursuivre avec un cadavre qui disparaît et un chien que l’on fait cuire, tout un programme, sans compter que la famille où dort notre détective est des plus accueillante.

C’est l’une des rares fois où l’ambiance est autant mis en avant, sans aller jusqu’à en faire un décor important (au sens : qui prendrait ou aurait la place d’un paysage) on comprend qu’une telle intrigue n’aurait pas eu sa place dans les quartiers de San Francisco.
Si la réussite est au rendez-vous, je ne peux m’empêcher de regretter que bien vite la nécessité « d’en finir », de trouver et de prouver la combine soit de la partie, plus de malice, de suspens n’aurait pas été pour me déplaire.

Encore une fois, l’élément temporel (ici assez disloqué puisque l’enquête traine pas mal des pieds) est important, n’allez pas croire qu’en partant faire un tour en dehors de son quartier de prédilection l’ami Hammett est oublié son savoir faire.

Publicités