Mots-clefs

,

widget

Je ne sais pas pourquoi, enfin si je sais mais cela serait trop long à expliquer, mais j’aimerais bien lire cette histoire à la sauce Columbo, c’est à dire en connaissant à l’avance le pourquoi du meurtre.
il serait amusant de voir comment un scénariste parviendrait à faire durer la déduction des enquêteurs (ici continental op et l’un de ses amis policiers) sur tout un épisode, là où cela leur prend en tout et pour tout moins d’une seconde.

C’est amusant parce qu’on a tellement l’habitude des films policiers dans lesquels un seul détective, ou deux ou quelques uns au maximum, parvient à suivre une personne que l’on trouve cet élément comme réaliste, alors même qu’il faudrait sans doute une dizaine d’hommes pour réussir ce tour de force (où un filtrage intern… hum). Dans le même temps ne pas croire un discours et aussitôt chercher les preuves du mensonge paraît encore être un tour de force irréaliste, ou peu crédible. A l’heure où la masse médiatique et politique s’amuse à nous prouver tous les jours le poids des mots (où comment passer du travailleur au coût du travail en à peine une décennie) il est intéressant de remarquer que le ressort délicat de la croyance en un discours passe souvent par des ressorts psychologiques (à l’écrit comme à l’image, on aura souvent droit à « une lueur dans son regard » voire à une analyse des « micro-expressions » pour les plus aventureux) alors qu’un mensonge n’est qu’une construction de l’imaginaire.

Ainsi, si cette nouvelle ne brille pas par son originalité ou sa puissance, on remarquera la place que prend le discours.
D’un côté face aux élucubrations et inventions du méchant de l’histoire nos héros savent directement à quoi s’en tenir, ils cherchent donc des preuves plus ou moins accablantes, toutefois la scène finale nous montre qu’il ne faut pas laisser l’ombre d’une opportunité au discours de s’appuyer sur un élément tangible au risque de faire pencher la balance.
En arrière fond, toujours avec un goût amer, la morale que l’on trouve chez Hammett ne se fonde pas uniquement sur le behaviorisme, elle est également lucide quand aux mots qui la draine.

Publicités