Mots-clefs

,

widget

Une heure pour régler toute l’affaire, pour livrer les méchants à la police, pour comprendre de quoi il retourne à petite et à grande échelle.
Une heure c’est court, du moins quand vous n’êtes pas la cible de quatre malabars ayant décidé d’essuyer leurs 45 fillette sur ce qui vous sert de visage.

On l’aura compris rien de tel qu’une bonne tournée de poings et de coup fourrés pour relancer la donne et ne pas tomber dans des réflexes navrants d’écrivaillons essoufflés. Bien évidemment l’exercice peut paraître fin ou trop vite fini, mais c’est là tout l’art de l’auteur de savoir vous couper le souffle avec un direct à l’estomac.

Une récit sec comme un coup de matraque au coin d’une rue, il y a des livres dans lesquels il vaut mieux éviter de trainer le soir.

Publicités