Mots-clefs

,

widget

Il y a dans ce court récit toute la hargne, la colère et la rancoeur de l’artiste. Bien sûr cette héloïse n’a que ce qu’elle mérite, et encore. Bien sûr il s’agit d’une réflexion sur la puissance analogique de la justice, sur comment une somme d’évidences subjectives termine toujours par prendre des allures objective. Bien sûr, on voit le coup venir de loin. Bien sûr le héros est un peintre et l’on voit comment la création minutieuse du récit tient plus de la mise en place picturale que du descriptif. Bien sûr ça sonne noir ébène et ça transperce le coeur aussi tendrement que s’il était cousu d’espoir. Reste qu’il est difficile de ne pas ressentir la frustration de l’auteur, sa soif d’inspiration et de tranquillité. Comment mettre à bas la quiétude du lecteur et abattre les murs en quelques lignes.

Publicités