Mots-clefs

,

axiomatique

 

          Plus près de toi : presque suite d’en apprenant à être moi ce récit est une spirale elliptique métaphysique, une contagion émotionnelle interne, un affaissement schizoïde du réel, une métempsychose k dickienne, un projet d’écriture pour lecteur en instance de divorce. Le : « suis-je la seule entité pensante du monde, ce que je nomme réalité n’est-elle pas qu’une émanation de mon imagination ? » qui sert de substrat à ce récit suppose que la curiosité se soit muée en une forme obsessionnelle d’inquiétude, de doute récurrent, malfaisant, à la densité quasi nulle mais à la puissance invasive certaine.

    L’expérimentation, bien que dangereuse ou redoutée, devient nécessaire, on ne joue pas à ce faire peur, à connaître des sensations, mais, en duo, à savoir qui l’on est, à se persuader des différences de l’autre, à tester les capacités qu’à l’alter ego de nous surprendre. Si le pari est gagné, alors l’espoir renaît, tout (re)devient possible, de nouveau il nous sera permis de jouir du réel, de l’investir. Il faut dépasser le champ des possibles, le raffiner jusque dans ses retranchements les plus extrêmes, qu’il ne reste plus une goutte de méconnaissance… combler le désir de savoir et de connaître pour enfin pouvoir se calmer, cesser de planifier et profiter de cet espace magnifique. Tarir la source pour y boire. Etrange spectacle que cette nouvelle, prairie dévastée ou trônent, monolithiques, les allégories de notre stupidité – puisque l’on ne cesse de faire ce parcours dérisoire, de détruire en croyant créer, de gâcher à la place de s’amuser.

Publicités