Mots-clés

,

axiomatique

          Le coffre-fort : sans doute l’un des récits les plus forts, sans doute l’un des récit les moins forts. L’idée est puissante, le traitement intéressant et suffisamment intelligent pour amener un parallèle entre deux « personnages » sans que cela ne mène à aucune conclusion. Comme souvent chez cet auteur la lecture n’est pas une gradation émotionnelle se résolvant en une pirouette pyrotechnique, forme littéraire de l’exhausteur de saveur (il suffit de mettre du parmesan à la louche dans vos plats, vous gagnerez autant d’amis que vous perdrez en subtilité). Lire Egan c’est lancer nos émotions dans un labyrinthe de glaces –plus ou moins déformantes – avec à chaque fois l’inquiétude de ne pas les retrouver en l’état. A ce jeu cette nouvelle opère un véritable tour de passe passe émotionnel. Toutefois, l’effet dans la construction a appelé trop d’images pour que je puisse les ignorer, le malheur, le hasard, une chute dans l’escalier à cause du chat, voulu que ces images soient filmiques.  Lire cette perle anonyme comme on regarde un épisode de série américaine, je ne pouvais pas faire pire.

Publicités